Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Andreas N.

André CHENIER, né à Constantinople, de mère grecque …

André CHENIER (1762-1794), notre grand poète, inspirateur du romantisme, passionné par la Grèce antique, était de mère grecque.

 

André Marie de Chénier, dit André Chénier nait le 30 octobre 1762 à Constantinople, dans le quartier de Galata. Sa mère, Elisabeth Santi-Lhomaca (Constantinople 1729 - Paris 1809) est grecque ; son père est français.

Elisabeth SANTI-LHOMACA : Sa mère donc, est une aristocrate grecque d’une famille originaire de Chypre. Fille d’un drogman (ou négociant ou agent diplomatique), elle fréquente certainement la cour du Sultan Mahmoud, dont elle parle avec admiration. Elle aurait reçu une éducation ouverte vers la langue française, l’antiquité et les règles du protocole. Elle sera connue en France, où elle tiendra salon, pour sa beauté et son esprit.

Louis de CHENIER : Son père. A 20 ans, il renonce à son héritage qu’il cède à sa sœur, célibataire à Carcassonne. Puis il va chercher fortune à Constantinople. En 1742, il obtient l’autorisation de la Chambre de Commerce de Marseille pour se rendre dans la capitale ottomane. Ses affaires iront bon train.

Dans ce contexte, les deux familles se rencontrent et Elisabeth épouse Louis. Le couple et leurs enfants rentrent en France en 1765, le père repart seul au Maroc pour occuper un poste de Consul.

André est élevé à Carcassonne par sa tante. Puis il retrouve sa mère à Paris où Il termine brillamment ses études au collège de Navarre.

Passionné par l’antiquité et la poésie classique, il fréquente les milieux littéraires et aristocratiques parisiens et compose des vers mythologiques selon le goût de l’époque.

Envoyé à Strasbourg pour devenir officier, il démissionne au bout de six mois. Il voyage alors en Suisse et en Italie. Par contre, il ne réalisera jamais son rêve de retourner en Grèce.

Pendant la période 1783-1790, il se consacre à la poésie en imitant les modèles antiques, puis, à partir de 1787, il compose des poèmes philosophiques et satiriques. Par la suite, il est surtout journaliste. Il collabore au Journal de Paris.

Partisan de la monarchie constitutionnelle, il veut sauver la royauté et participe à la défense de Louis XVI avec Malesherbes. Devenu suspect, il doit quitter Paris au lendemain du 10 août 1792.

Arrêté à Passy tout à fait par hasard le 7 mars 1794, il est emmené à la prison Saint Lazare et condamné à mort par le Tribunal révolutionnaire.

Il meurt guillotiné à Paris le 7 Thermidor de l’an II (25 juillet 1794) à l’âge de 31 ans.

 

Bien que mort jeune, Chénier a marqué la poésie française d’une manière considérable. Sa poésie redonne à la langue poétique une musicalité et une beauté plastique empruntées à la poésie grecque. Son engagement citoyen le pousse à exprimer avec lyrisme ses sentiments du fond de son âme au nom de la liberté, la dignité, la justice.

Sa poésie comprend des réécritures de poèmes antiques, des élégies personnelles, des poèmes philosophiques et des poèmes politiques marqués par le contexte révolutionnaire.

Son œuvre inachevée est publiée progressivement à partir de 1819 ; elle a fait de lui une figure majeure de l'hellénisme en France et un inspirateur du romantisme.

 

Musée des Beaux Arts de Carcassonne - Peintre CAZES fils : 1 - La Famille Chénier (vers 1773) / 2 - Portrait d'André Marie Chénier, 1763 / 3 - Portrait de madame Louis Chénier en costume grec / 4 - Portrait de Mme Louis Chénier, née Elisabeth Lhomaca.
Musée des Beaux Arts de Carcassonne - Peintre CAZES fils : 1 - La Famille Chénier (vers 1773) / 2 - Portrait d'André Marie Chénier, 1763 / 3 - Portrait de madame Louis Chénier en costume grec / 4 - Portrait de Mme Louis Chénier, née Elisabeth Lhomaca.Musée des Beaux Arts de Carcassonne - Peintre CAZES fils : 1 - La Famille Chénier (vers 1773) / 2 - Portrait d'André Marie Chénier, 1763 / 3 - Portrait de madame Louis Chénier en costume grec / 4 - Portrait de Mme Louis Chénier, née Elisabeth Lhomaca.Musée des Beaux Arts de Carcassonne - Peintre CAZES fils : 1 - La Famille Chénier (vers 1773) / 2 - Portrait d'André Marie Chénier, 1763 / 3 - Portrait de madame Louis Chénier en costume grec / 4 - Portrait de Mme Louis Chénier, née Elisabeth Lhomaca.

Musée des Beaux Arts de Carcassonne - Peintre CAZES fils : 1 - La Famille Chénier (vers 1773) / 2 - Portrait d'André Marie Chénier, 1763 / 3 - Portrait de madame Louis Chénier en costume grec / 4 - Portrait de Mme Louis Chénier, née Elisabeth Lhomaca.

Constantinople et la Tour de Galata, hier et aujourd'hui.
Constantinople et la Tour de Galata, hier et aujourd'hui.
Constantinople et la Tour de Galata, hier et aujourd'hui.
Constantinople et la Tour de Galata, hier et aujourd'hui.
Constantinople et la Tour de Galata, hier et aujourd'hui.
Constantinople et la Tour de Galata, hier et aujourd'hui.

Constantinople et la Tour de Galata, hier et aujourd'hui.

Pour aller plus loin :

Œuvres complètes d’André CHENIER :

Oeuvres complètes - Google Play Livres

 

Voir « lettres grecques » d’Elisabeth, sa mère :

Lettres grecques - Google Play Livres

 

Voir les sources :

Biographie d'André Chénier - poetica.fr

André Chénier - EspaceFrancais.com

 

Musée des Beaux-Arts de Carcassonne :

Musée des Beaux-Arts de Carcassonne — Wikipédia (wikipedia.org)

 

Relisez « Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine ! » :

La jeune Tarentine - André CHÉNIER - Vos poèmes - Poésie française - Tous les poèmes - Tous les poètes (bonjourpoesie.fr)

Tarente (Pouilles, Italie) : Colonie grecque fondée par des exilés spartiates dans l'Antiquité, elle était l’une des cités les plus riches de la Grande-Grèce grâce à sa position stratégique dans le commerce méditerranéen tout le long de la période classique.


Sans doute un parent d’Elisabeth :

Né vers 1738, Jean-Baptiste Santi Lhomaca a occupé, à partir de 1772, plusieurs postes de drogman dans les consulats de Candie, Salonique, Constantinople et Tripoli de Syrie. En 1791, il fut nommé premier drogman et chancelier à Alexandrie, puis, en 1795, premier drogman du consulat général de Syrie et de Palestine. Pendant la campagne d’Égypte, il assura les fonctions d’interprète sous les ordres de Bonaparte et de Kléber, avant d’être attaché au général Menou. Avec Damien Bracevich, il traduit les déclarations de Sulaymân al-Halabî, le meurtrier de Kléber. Certains auteurs en font le cousin du poète André Chénier.

 

1 - La Jeune Tarentine, marbre de 1871 du sculpteur français Alexandre Schoenewerk d'après le poème d'André Chénier,  Musée d'Orsay  Paris / 2 - Beaux Arts de Carcassonne - Portrait d'André Chénier - J.B. Suvée / 3 - David d'Angers - Chénier / 4 - Portrait du poète André Chénier - Horace Vernet, 1825 - Collection privée.
1 - La Jeune Tarentine, marbre de 1871 du sculpteur français Alexandre Schoenewerk d'après le poème d'André Chénier,  Musée d'Orsay  Paris / 2 - Beaux Arts de Carcassonne - Portrait d'André Chénier - J.B. Suvée / 3 - David d'Angers - Chénier / 4 - Portrait du poète André Chénier - Horace Vernet, 1825 - Collection privée.1 - La Jeune Tarentine, marbre de 1871 du sculpteur français Alexandre Schoenewerk d'après le poème d'André Chénier,  Musée d'Orsay  Paris / 2 - Beaux Arts de Carcassonne - Portrait d'André Chénier - J.B. Suvée / 3 - David d'Angers - Chénier / 4 - Portrait du poète André Chénier - Horace Vernet, 1825 - Collection privée.1 - La Jeune Tarentine, marbre de 1871 du sculpteur français Alexandre Schoenewerk d'après le poème d'André Chénier,  Musée d'Orsay  Paris / 2 - Beaux Arts de Carcassonne - Portrait d'André Chénier - J.B. Suvée / 3 - David d'Angers - Chénier / 4 - Portrait du poète André Chénier - Horace Vernet, 1825 - Collection privée.

1 - La Jeune Tarentine, marbre de 1871 du sculpteur français Alexandre Schoenewerk d'après le poème d'André Chénier, Musée d'Orsay Paris / 2 - Beaux Arts de Carcassonne - Portrait d'André Chénier - J.B. Suvée / 3 - David d'Angers - Chénier / 4 - Portrait du poète André Chénier - Horace Vernet, 1825 - Collection privée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article