Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Andreas N.

HECATOMBE, le sacrifice

De nos jours et dans notre langue, le mot « hécatombe » prend généralement un sens figuré n'ayant plus aucun rapport avec la mort. L’expression « C’est une véritable hécatombe ! » peut illustrer un nombre important de candidats recalés à un examen ou une élimination de clubs dans une compétition sportive.

Or, le mot hécatombe vient du grec : ἑκατόν / hekatón = « cent » et βοῦς / boũs = « bœufs ». Dans la Grèce antique, il donne son nom au mois durant lequel on pratiquait le rituel du sacrifice de cent bœufs : Hécatombeion. Très tôt, le mot s'étend aussi à tout grand sacrifice, indépendamment du nombre de victimes et de l'animal. Ainsi, on trouve dans l'Iliade une hécatombe de douze bœufs, une autre de cinquante béliers, et dans l'Odyssée une de quatre-vingt-un bœufs.

En exemple, tous les ans, la fête des Panathénéescérémonie religieuse et sociale donnée en l’honneur de la déesse Athéna, suivait ce rituel qui consistait à sacrifier cent bœufs, offerts aux dieux par les habitants de la cité. Cette fête avait lieu du 23 au 30 du mois d’hécatombéon.

Bas-reliefs représentant des scènes de sacrifices
Bas-reliefs représentant des scènes de sacrifices
Bas-reliefs représentant des scènes de sacrifices

Bas-reliefs représentant des scènes de sacrifices

Peintures représentant des scènes de sacrifices
Peintures représentant des scènes de sacrifices
Peintures représentant des scènes de sacrifices
Peintures représentant des scènes de sacrifices
Peintures représentant des scènes de sacrifices
Peintures représentant des scènes de sacrifices

Peintures représentant des scènes de sacrifices

Mais cela étant coûteux, plutôt que cent bœufs, il a été accepté de n’en tuer qu’un seul et de sacrifier ensuite quatre-vingt-dix-neuf autres animaux. Les animaux sacrifiés devaient néanmoins être sains et bien portants, pour honorer les dieux comme il se doit.

Lorsque le rituel de la fête des Panathénées commençait, on éloignait les profanes, on faisait respecter le silence, puis les prêtres dispersaient sur les animaux une pâte faite de farine, de sel et d’eau, qui annonçait les préliminaires de la consommation du sacrifice. Le sacrifice se pratiquait sur un autel où des rigoles étaient aménagées pour acheminer le sang des animaux.

 

Le rituel est décrit de façon réaliste par Homère :

« Quand la prière fut finie et l'orge répandue,
On releva les mufles, on égorgea, on dépeça,
On trancha les cuisseaux, on les couvrit sur chaque face
De graisse et l'on mit par-dessus les morceaux de chair crue
Et l'on tint au-dessus du feu la fressure embrochée.
Les cuisseaux une fois brûlés, on mangea la fressure ;
Le reste fut coupé menu, enfilé sur des broches,
Et dès que tout fut bien rôti, on l'enleva du feu.
Ce travail une fois achevé, et le repas une fois prêt,
On mangea, et chacun eut part égale à ce festin. »

                             (Traduction Frédéric Mugler)

Le sacrifice du taureau dans la religion de Cybèle, gravure du XIXème siècle.

Le sacrifice du taureau dans la religion de Cybèle, gravure du XIXème siècle.

Plus tard, la Grèce est conquise par les Romains. Ces derniers empruntent aux Grecs leurs mythes. Les Romains célèbrent une fête presque un jour sur deux : ces fêtes donnent lieu soit à des cérémonies avec sacrifices, soit à des rites souvent étranges et obscurs, soit à des jeux.

Aujourd’hui, de nombreux sites archéologiques gardent les traces de ces autels sacrificiels souvent disposés à proximité des temples.

Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie
Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie
Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie
Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie
Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie
Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie
Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie
Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie
Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie

Les autels sacrificiels : 1-Delphes, 2-3-4-5-Agrigente, 6-Syracuse, 7-Klaros (Anatolie), 8-Palmyre et 9-Olympie

En France, le mot hécatombe s’introduit dans la langue dès le XVIème siècle, pour désigner le massacre d’un grand nombre de personnes. Puis, progressivement, il prendra le sens, moins grave, qu’on lui connaît aujourd’hui.

Divertissement :

Humour : l'Employée de maison, personnage de la BD Achille Talon (de Dargaud) s’appelle Hécatombe …

Humour : l'Employée de maison, personnage de la BD Achille Talon (de Dargaud) s’appelle Hécatombe …

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article