Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Andreas N.

Skopas, une œuvre (presque) disparue.

Skopas (Σκόπας) est un célèbre sculpteur et architecte grec (vers 420 – vers 330 avant JC), natif de l’île de Paros (Cyclades). Contemporain et collaborateur de Praxitèle, il est considéré comme l’un des plus importants sculpteurs de son siècle. Il a par ailleurs été le précurseur de Lysippe.

Son père, Aristandros, était un chaudronnier reconnu. Il aurait, d’après Pausanias, créé une œuvre en offrande aux Spartiates pour leur victoire lors de la bataille d’Aigos Potamos (Thrace orientale). Cette bataille se déroula près de l’embouchure du fleuve Aigos, en 405 avant JC, entre Sparte et Athènes. La flotte athénienne fut alors détruite par les Spartiates commandés par Lysandre, ce qui mit un terme à la guerre du Péloponnèse.

Site archéologique et plage de Paros, île natale de Skopas.Site archéologique et plage de Paros, île natale de Skopas.

Site archéologique et plage de Paros, île natale de Skopas.

Etudier l’art de Skopas n’est pas facile car le nombre d’œuvres qui lui sont attribuées de façon certaine est très limité. Mais Skopas est connu, en grande partie, grâce aux témoignages écrits.

La chronologie de ses déplacements est à peu près établie. Architecte à Tégée vers -395, en début de carrière, il aurait ensuite participé à la construction du Mausolée d'Halicarnasse, puis il se trouvait peut-être à Éphèse après -356, et à Thèbes avant -335. Il n’a sculpté aucun portrait, peu d’athlètes, mais surtout des statues de culte. On ne lui connaît aucun maître ou disciple, et ses œuvres datées sont peu nombreuses. Elles ont été retrouvées en Attique, dans le Péloponnèse et en Asie Mineure.

Entre temps, l’apprentissage de Skopas à Épidaure, vers -380, auprès du sculpteur Timothée et d’autres artistes importants, fut formateur. Sa participation à l’Asclépiéion d’Épidaure est confirmée par certaines similitudes architecturales avec le temple de Tégée.

Le mausolée d'Halicarnasse, une des sept merveilles.Le mausolée d'Halicarnasse, une des sept merveilles.

Le mausolée d'Halicarnasse, une des sept merveilles.

Site archéologique de Tégée. Temple d'Athéna Aléa.Site archéologique de Tégée. Temple d'Athéna Aléa.

Site archéologique de Tégée. Temple d'Athéna Aléa.

Il prit donc en charge, davantage en tant qu’architecte que sculpteur, toujours d’après Pausanias, la reconstruction du temple d'Athéna Aléa à Tégée, détruit par un incendie en -395. Pausanias estimait que le bâtiment « l'emporte de beaucoup sur tous les temples du Péloponnèse par son agencement et en particulier par sa taille ».

Pour ce temple, il collabora avec le sculpteur athénien Pandios. Parmi les sujets mythologiques abordés figurent la chasse au sanglier de Calydon (fronton de façade) et le combat d'Achille contre Télèphe (fronton arrière). Il n’est pas exclu que les sculptures et les métopes aient été réalisées par ses élèves. La construction du temple a duré plus de 20 ans et Skopas, pendant cette période, était présent sur d’autres chantiers du monde grec.

"Méléagre et le sanglier de Calydon", Musée Pio-Clementino, statue associée à Skopas, représentant le chasseur mythique Méléagre avec un trophée de tête de sanglier et un chien.

"Méléagre et le sanglier de Calydon", Musée Pio-Clementino, statue associée à Skopas, représentant le chasseur mythique Méléagre avec un trophée de tête de sanglier et un chien.

Cette statue (Musée de Harvard), provenant d’une ancienne villa romaine sur la côte nord de Rome, faisait partie d’un programme sculptural qui célébrait la culture grecque. Le corps puissant, la tête tournée et les traits du visage rappellent des œuvres attribuées à Skopas.

Cette statue (Musée de Harvard), provenant d’une ancienne villa romaine sur la côte nord de Rome, faisait partie d’un programme sculptural qui célébrait la culture grecque. Le corps puissant, la tête tournée et les traits du visage rappellent des œuvres attribuées à Skopas.

Ses œuvres sont caractérisées par une double torsion qui anime des corps massifs et par la recherche de l'expressivité.

D’après Andrew Stewart, professeur à l’Université de Berkeley, les principales sources de la création artistique de Skopas sont :

  • les sources littéraires
  • les objets archéologiques
  • les témoignages épigraphiques.
Skopas, une œuvre (presque) disparue.
Skopas, une œuvre (presque) disparue.

Les principales sources littéraires sur l’œuvre de Skopas sont la « Description de la Grèce » par Pausanias et l'« Histoire naturelle » de Pline. Dans ces écrits, Skopas est principalement qualifié de tailleur de pierres, bien que l’on sache qu’il a créé au moins une statue en bronze, celle de la massive Aphrodite Pandemos d’Elide (ou Elis, Péloponnèse). A noter que Platon et Pausanias décrivent l’Aphrodite Pandemos comme la déesse des plaisirs sensuels. Skopas la représente chevauchant un bélier. L’œuvre est également connue par des pièces de monnaie d’Elide, de l’époque impériale.

Aphrodite Pandemos (relief en disque et dos de miroir).Aphrodite Pandemos (relief en disque et dos de miroir).

Aphrodite Pandemos (relief en disque et dos de miroir).

D’après des études récentes, Skopas est également mentionné pour la construction du Prytané de Paros et du temple d’Artémis d’Ephèse.

On lui attribue par ailleurs :

  • des statues d'Asclépios et d'Hygie au temple d'Asclépios à Gortyne, en Arcadie ;
  • une statue d'Hygie à Tégée (la célèbre Tête d'Hygie, voir photo plus bas) ;
  • une Aphrodite Pudique, selon Pline l'Ancien ;
  • une statue d'Hécate à Argos ;
  • deux Érinyes du temple des Augustes Déesses à Athènes ;
  • un Héraclès à Sicyone ;
  • un Apollon à Rhamnonte, qui se retrouvera dans le temple d'Apollon sur le Palatin, à Rome, chanté par Properce ;
  • une ménade à laquelle plusieurs épigrammes de l’Anthologie grecque rendent hommage ;
  • deux statues de Pothos, une pour un groupe où figuraient aussi Eros et Himéros à Mégare et une pour un groupe à Samothrace (Sanctuaire des Grands Dieux).
Site archéologique de Samothrace.

Site archéologique de Samothrace.

De nos jours, des exemples (copies ou originaux) de ses œuvres sont exposées au British Museum et dans d'autres musées du monde ; tandis que des fragments originaux du temple d’Alea Athéna sont exposés au Musée archéologique national d’Athènes et au Musée de Tégée :

Tête d'Hygie, attribuée à Skopas, et provenant du temple d'Athéna Aléa à Tégée (musée national archéologique d'Athènes).

Tête d'Hygie, attribuée à Skopas, et provenant du temple d'Athéna Aléa à Tégée (musée national archéologique d'Athènes).

Stèle funéraire attique attribuée à Skopas ou à son atelier, musée national archéologique d'Athènes.

Stèle funéraire attique attribuée à Skopas ou à son atelier, musée national archéologique d'Athènes.

Skopas, Tête d'Héraklès 345 335 av JC, marbre, provenance fronton ouest du Temple d'Athéna Aléa. Musée archéologique de Tégée.

Skopas, Tête d'Héraklès 345 335 av JC, marbre, provenance fronton ouest du Temple d'Athéna Aléa. Musée archéologique de Tégée.

Détail de statue équestre du mausolée d’Halicarnasse, attribuée à Skopas. Marbre. British Museum, Londres.

Détail de statue équestre du mausolée d’Halicarnasse, attribuée à Skopas. Marbre. British Museum, Londres.

Sources

Photo en tête d'article : Marbre romain, d'après Skopas, (British Museum), buste restauré du héros grec Méléagre (Μελέαγρος).

Σκόπας - Βικιπαίδεια (wikipedia.org)

Aphrodite Pandemos (stringfixer.com)

From the Harvard Art Museums’ collections Youthful Hero or God

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article