Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Andreas N.

C’est l’été, honorons les cigales !

Voici un poème extrait de

 « Les Petits poèmes grecs / Anacréon / Ode XLIII »

Sur la cigale

Heureuse cigale, sur la cime des arbres tu bois un peu de rosée

et tu chantes comme la reine de la lyre.

Toutes les belles choses que tu regardes dans les champs sont à toi, tout ce que produisent les saisons t’appartient.

Tu es aimée du laboureur, car tu ne fais de mal à personne ;

tu es honorée des mortels, agréable messagère de l’été ;

tu es chère aux Muses ;

tu es chère à Apollon lui-même : il t’a donné une voix harmonieuse ; la vieillesse ne t’accable point.

Sage enfant de la terre, amante des chants joyeux, exempte de maux, n’ayant ni chair ni sang, tu es semblable aux dieux.

En grec, la cigale se dit "tzitziki" ou "tzitzikas". En grec ancien "Tettix" (τέττιξ).

En grec, la cigale se dit "tzitziki" ou "tzitzikas". En grec ancien "Tettix" (τέττιξ).

Le poète Anacréon (Ἀνακρέων) est né vers 550 avant JC à Téos, en Ionie (Asie mineure), il y est mort vers 464 avant JC. C’est l'un des plus grands poètes lyriques grecs.  Il fut surnommé « Le chantre de Téos » et « Le vieillard de Téos ».

Téos (le point rouge), en Ionie. Aujourd'hui, un site archéologique.

Téos (le point rouge), en Ionie. Aujourd'hui, un site archéologique.

Téos (Τέως = « aussi longtemps », « pendant tout le temps ») est une ville de l'Antiquité située sur la côte de l'Ionie, au nord d'Éphèse et à environ 40 kilomètres au sud-ouest de l'actuelle İzmir (Smyrne), près du port de Sığacık en Turquie.

Anacréon, Le Louvre (Paris)

Anacréon, Le Louvre (Paris)

Anacréon s'exila vers l’an 540 pour Abdère (Thrace), puis ensuite pour l'île de Samos où il fut protégé par le tyran Polycrate, qu'il loue dans ses poèmes.

Lorsque la cour de Samos disparut et que Polycrate fut mort, en 522, Anacréon se rendit à Athènes, invité par le tyran Hipparque qui dépêcha une galère à cinquante rames spécialement pour lui.

Là, il fréquenta le cercle d'artistes rassemblé par le tyran et les meilleures familles de la cité. Il se lia en particulier avec Simonide de Céos et Xanthippe, père de Périclès. Il célébra également la beauté de Critias, fils de Dropidès et héros du dialogue de Platon qui porte son nom. Entre autres gestes pour propager le savoir et l’instruction à Athènes, Hipparque fit inscrire des pensées et maximes sur les hermès (voir photos) entre la cité et chaque dème, et attira ainsi les deux grands hommes, Simonide de Céos et Anacréon de Téos.

 

Des Hermès ornaient les rues de la cité.
Des Hermès ornaient les rues de la cité.
Des Hermès ornaient les rues de la cité.

Des Hermès ornaient les rues de la cité.

Après la chute des tyrans, Anacréon regagna sa ville natale.

Il mourut à l'âge de 85 ans à Téos. Selon la tradition, il se serait étouffé avec un raisin sec. Simonide lui dédia deux épitaphes, Athènes érigea sa statue sur l'Acropole et la cité de Tégée plaça ses portraits sur sa monnaie.

Relief de Cupidon et d’Anacréon. Thorwaldsen.

Relief de Cupidon et d’Anacréon. Thorwaldsen.

Anacréon se consacra principalement à la poésie amoureuse et à la poésie de banquet. Ainsi, la statue que lui dédièrent les Athéniens le représente comme un poète inspiré par Dionysos. Le style d'Anacréon se caractérise par sa légèreté et son charme. Le vin est loué mais sans excès, l'amour doit également rester mesuré. Ce style est rapidement connu sous le qualificatif d'« anacréontique ». On appelle ainsi Anacreontea des recueils de poèmes légers.

Il employa des mètres variés ; ce type de strophe rencontra un très grand succès par la suite, chez les Grecs comme chez les Romains.

Parutions ...
Parutions ...

Parutions ...

Anacréon est aussi le titre d'un acte de ballet de Jean-Philippe Rameau, composé sur un livret de Gentil-Bernard et ajouté aux Surprises de l'amour. La première représentation eut lieu le 30 mai 1757.

Cette pièce ne doit pas être confondue avec Anacréon, autre acte de ballet créé en 1754 sur un livret de Louis de Cahusac, dont l'intrigue est d'ailleurs différente.

Les deux pièces de Rameau évoquent cependant Anacréon, notre poète lyrique grec.

Jean-Philippe Rameau (portrait attribué à Joseph Aved (1702-1766), Musée des beaux-arts de Dijon) et son Anacréon.
Jean-Philippe Rameau (portrait attribué à Joseph Aved (1702-1766), Musée des beaux-arts de Dijon) et son Anacréon.

Jean-Philippe Rameau (portrait attribué à Joseph Aved (1702-1766), Musée des beaux-arts de Dijon) et son Anacréon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article